FANDOM


 
Ligne 68 : Ligne 68 :
   
 
== Références ==
 
== Références ==
{{RSI|url=https://robertsspaceindustries.com/comm-link/spectrum-dispatch/16926-Galactic-Guide-Kabal-System|text=Guide galactique du système Kabal}}
+
{{RSI|url=comm-link/spectrum-dispatch/16926-Galactic-Guide-Kabal-System|text=Guide galactique du système Kabal}}
 
<references />
 
<references />
   

Version actuelle en date du novembre 10, 2019 à 10:27

HistoireModifier

Après près de six ans de travail comme arpenteur stellaire pour le Centre de cartographie impérial, Usuni Colo n'avait jamais pris plus qu'une journée de maladie. En 2941, sa superviseure n'avait pas suggéré à Colo de prendre des vacances, elle l'avait mandatée. Confronté à trois semaines sans rien à faire, Colo savait qu'il ne voulait aller que dans un seul endroit. Fasciné par les étrangers, il s'est rendu à Mya, dans le système de Leir, pour constater comment l'isolationnisme avait affecté la planète et ses habitants.

Malheureusement pour Colo, ses tentatives pour se frayer un chemin hors de la zone des voyageurs afin d'obtenir la «véritable expérience» l'ont chassé de la planète. Toujours confronté à quelques semaines d'inactivité, Colo a pris son temps pour rentrer chez lui dans le système Elysium. Et en tant que membre d'une équipe d'arpenteurs Stellar de l'ICC, il avait l'habitude de rechercher des points de saut même en dehors des heures de travail.

Ainsi, le 11 Mars 2941, lorsque ses scanners rencontrèrent une anomalie qui ressemblait à un nouveau point de saut quittant le système Leir, Usuni Colo était plus professionnel que surpris. Ce qui le surprendrait finalement serait ce qui se trouvait de l'autre côté. Il aura appris qu'il n'avait pas découvert ce système du tout. Seulement redécouvert.

Excitation d'explorationModifier

Illustration système Kabal

Colo a pris un certain nombre d'analyses initiales de ce qui est devenu le système Kabal, que Colo a nommé en l'honneur du célèbre groupe musical du 27ème siècle. Les analyses ont révélé une étoile de séquence principale de type F, trois planètes et un groupe d'astéroïdes. À son retour dans l'espace UEE, il a immédiatement signalé la découverte et enregistré une demande spéciale pour que son unité ICC soit assignée à l'analyse et à l'exploration du système qu'il a découvert. L'UEE a accédé à la requête de Colo, qui est ensuite revenu au système avec le reste de son équipe peu de temps après.

Leur évaluation initiale du système était extrêmement positive. Kabal II et Kabal III étaient situés dans la zone habitable, et l'atmosphère à base d'oxygène de Kabal III lui permettait de devenir une planète clé en main. L'enthousiasme grandissait parmi les représentants du gouvernement, car la découverte d'un monde naturellement habitable procurerait des avantages et des ressources incroyables sans les dépenses liées à la terraformation. Colo et le reste de son équipe ont été immédiatement déployés pour effectuer des analyses plus détaillées de Kabal III.

Le protocole standard de l'ICC est de garder l'évaluation initiale des systèmes confidentielle jusqu'à ce que de nouvelles évaluations soient effectuées et que les détails soient vérifiés. Cependant, l'évaluation de Kabal a quelque peu fuité. La nouvelle de l'existence d'une planète immédiatement habitable pourrait faire sensation.

Les critiques de l'Imperator Costigan étaient suspectes. ils ont affirmé que la fuite était un geste calculé de la part de son administration. Quelques semaines auparavant, la loi sur la vérité historique de 2941 déclassifiait une multitude de documents, dont beaucoup dataient de l'ère Messer, et révélaient de nombreuses techniques de propagande utilisées par le gouvernement de Messer pour manipuler le public. Bien qu'il s'agisse d'une révélation bien peu récente et qu'aucun des documents publiés ne se rapportait directement à l'administration de Costigan, les chroniqueurs et les critiques n'établissaient que de subtiles comparaisons entre la tactique employée antérieurement et les actions de l'administration actuelle, qui avaient été embourbées dans une série de gaffes embarrassantes. La fuite de l'évaluation initiale de Kabal a été considérée par certains comme un moyen d'amener la population à se concentrer sur l'avenir de l'UEE plutôt que sur le passé.

Une fois que le rapport confidentiel a été divulgué, l'iCC a décidé de s'approprier le buzz généré. Usuni Colo devait même raconter son incroyable découverte à Beck Russum pour une exclusivité d'Empire Report. L'événement a été médiatisé pendant plusieurs jours, puis a été annulé brutalement. Lorsqu'aucune explication officielle n'a été donnée quant à la mise en conserve de l'entretien, les rumeurs ont commencé à tourbillonner. Après que l'évaluation officielle du système de Kabal ait été retardée, également pour des raisons non précisées, le Sous-comité du Sénat de l'intérieur a décidé de s'impliquer.

L'inconnu connuModifier

En octobre 2941, Rebecca Alves, présidente de l'ICC, a été convoquée devant le sous-comité sénatorial de l'intérieur pour discuter de sa gestion de l'agence. Les sénateurs ont concentré leurs enquêtes sur Kabal III et se sont demandés pourquoi le rapport officiel du système était en retard. Alves a esquivé la plupart des questions, affirmant qu'elle ne pourrait pas discuter de détails avant la publication du rapport officiel. Lorsque pressé, Alves est devenu plus évasif. Cela a provoqué l'ire des sénateurs, qui se demandaient ouvertement qui dirigeait vraiment l'ICC si son directeur ne pouvait pas fournir de calendrier.

La comparution d'Alves devant le sous-comité du Sénat a été considérée comme une catastrophe. Cela a relancé le débat sur Kabal et renforcé l'affirmation selon laquelle l'Imperator contrôlait réellement la divulgation d'informations. Face à la pression grandissante du public, l'ICC a finalement publié son évaluation officielle du système kabal au début de novembre 2941. Soudainement, la raison pour laquelle il y avait tant de secret était devenue évidente.

Le reportage a révélé que des villes anciennes et abandonnées de Tevarin, présumées antérieures à la première guerre de Tevarin, ont été découvertes sur Kabal III. Ainsi, même si la planète était habitable par l'homme, aucune colonie ne serait établie dans un avenir prévisible. À la suite de la publication de ce rapport, le gouvernement de l'UEE a classé le système entier hors de portée du public afin de préserver l'intégrité de cet important site archéologique. Il est resté limité depuis.

Ce fut seulement lorsqu'une équipe d'arpentage de l'UEE réalisa une étude sur Kabal III que l'on fit une découverte perturbante : de vieilles cités Tevarin inhabitées. Comment diable un système Tevarin entier a-t-il pu échapper aux radars durant toutes ces années ? Est-ce que les Tevarin affiliés à l'UEE étaient au courant ? Comment le secret fut-il gardé ? Les questions fusèrent lorsqu'un détachement de Marines envoyés pour sécuriser la planète découvrit une cachette de vieilles machines de guerre Tevarin. Parmi les rangées d'armes, ils firent une découverte encore plus stupéfiante : une partie de cette technologie n'avait guère plus de dix ans…

Aujourd'hui, seuls des chercheurs et des experts habitent le système Kabal. Certains constructeurs, comme Esperia, en sont très intéressés, et un regroupement de Tevarin a même réclamé que le système leur soit remit.

Structure du système Modifier

Étoile Kabal
Planètes Kabal IKabal IIKabal III
Lunes
Stations spatiales
Stations de communication
Astéroïdes Amas d'astéroïdes Alpha du système Kabal
Points de saut
Zones d’atterrissages
Kabal I vignette Kabal II vignette Kabal III vignette
Kabal I Kabal II Kabal III

Historique Modifier

  • 04/02/2014 : Une "Lettre du président"[1] dévoile le système Kabal.
  • 10/10/2015 : La StarMap révèle la structure du système.
  • 16/11/2016 : Un "Loremaker's Guide To the Galaxy"[2] en dévoile plus sur le système Kabal.

Références Modifier

Roberts Space Industries Guide galactique du système Kabal sur le site RSI

  1. Lettre du Président : 38 millions de dollars. Sur StarCitizen.fr.
  2. Loremaker's Guide To The Galaxy : Kabal. Youtube.com
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .