FANDOM


Gold Horizon fut une grande société minière et terraformatrice en activité jusqu'à 2655. La société fut boycotté par le régime Messer en raison de la relocalisation de son siège social à Terra en 2650. Les promoteurs privés furent invités à ne pas continuer à acheter des équipements provenant Gold Horizon. Cinq ans plus tard, Gold Horizon fit faillite.[1]

Création

Gold Horizon anciennement Société de Prospection de Minerai Extrasolaire Gold Horizon, demeure toujours à la fois un symbole d’avidité effrénée et de l’essor de la civilisation humaine à travers la galaxie. L’entreprise, qui doit son nom à un passage du discours d’intronisation de Messer, représente à certains égards le meilleur et le pire de ce que cette ère a légué à l'humanité. Il paraît ironique aux yeux des historiens modernes que ce soit le même gouvernement Messer à l’origine de la croissance de Gold Horizon qui ait aussi provoqué sa perte, et que les dirigeants de l’entreprise aient été victimes de la même brutalité que celle dont a souffert l’Empire tout entier.

Lorsque Gold Horizon fut fondée au milieu du 26ème siècle, il s’agissait d’une société spécialisée dans la prospection minière, qui comptait tirer profit des exonérations fiscales mises en place par le nouveau gouvernement à l’intention des entreprises d’exploitation minière d’astéroïdes. La société rencontra un succès immédiat grâce à la découverte du filon de Grakneth, une forte concentration d’astéroïdes riches en titane aux confins du système Terra. Les profits engrangés par Gold Horizon grâce à ce minerai lui permirent de devenir rapidement une entreprise industrielle produisant des stations spatiales préfabriquées qui pouvaient être rapidement déployées dans les systèmes stellaires nouvellement explorés. À cette époque, les squatteurs de concessions interstellaires étaient devenus monnaie courante en raison du délai très important qui séparait les explorations menées par des entreprises et le début effectif de la prospection minière à grande échelle. Grâce aux préfabriqués de Gold Horizon, une exploitation minière tout entière – avec ses têtes de forage, ses zones de stockage et son périmètre de défense spatiale – pouvait accompagner les vaisseaux d’exploration et être déployée immédiatement. Ce projet fut un nouveau grand succès pour l’entreprise.

Lorsque arriva la deuxième décennie d’existence de Gold Horizon, l’Empire Uni de la Terre était bien établi et la civilisation humaine avait attrapé le virus de la terraformation. Constatant qu’une part substantielle de l’économie impériale était à présent consacrée au soutien de l’expansion générale et aux projets de terraformation, Gold Horizon décida de passer de la logistique de prospection à la logistique de transformation planétaire. Le résultat de cette transition fut la Station Spatiale Gold Horizon, la plateforme en forme d’anneau qui devint un spectacle familier un peu partout à travers la galaxie et qui pouvait accueillir les équipes de terraformation, leur équipement ainsi que leurs systèmes auxiliaires.

À la différence de son équipement minier, les stations de Gold Horizon étaient immenses et pouvaient assister des centaines de travailleurs dans leur tâche éprouvante. Ces camps de base stellaires prétendaient offrir tout le confort domestique, depuis des quartiers d’habitation semi-confortables jusqu’aux baies médicales à l’équipement complet, en passant par des arènes de divertissement. Lorsque l’équipement de terraformation standardisé à grande échelle fit son apparition, il fut conçu pour pouvoir s’adapter sans problème aux systèmes des stations Gold Horizon qui avaient soutenu la première vague de conversions « de bric et de broc » de biosphères.

Étant étroitement liée à l’expansion de l’Empire et ayant de plus en plus de politiciens dans sa poche, Gold Horizon était un colosse que plus rien ne semblait pouvoir arrêter. L’entreprise engrangeait des milliards grâce à ses contrats publics et privés (dont on murmurait que beaucoup avaient été obtenus grâce à des pots-de-vin). Le nom de Gold Horizon était directement lié à la classe dirigeante, et elle semblait intouchable. Cela dura jusqu’en 2650, date à laquelle le PDG et actionnaire majoritaire Dennis Acevedo prit une décision lourde de conséquences : il déménagea le siège de la société vers Terra.

L’effondrement

Les historiens ne sont pas unanimes sur les raisons ayant poussé Acevedo à prendre cette décision. Terra était un centre culturel humain à la popularité grandissante, mais nombre des conseillers de Corsen Messer V craignaient de voir sa popularité se faire au détriment de la culture de la Terre. Personne ne peut dire aujourd’hui si l’entreprise cherchait à réduire ses coûts avec cette relocalisation, ou s’il s’agissait de protester activement contre la dérive de plus en plus martiale de l’expansion de l’Empire. Quoi qu’il en soit, l’Imperator prit acte de cette décision et déclara qu’elle constituait un affront à sa personne. Les contrats gouvernementaux prirent fin et les promoteurs privés furent incités à ne plus acheter d’équipement chez Gold Horizon. En l’espace de cinq années seulement, l’entreprise allait se retrouver en faillite.

En 2654, l’Imperator asséna le coup de grâce : le gouvernement nationalisa toutes les sociétés de « logistique de terraformation » – autrement dit, les stations spatiales de Gold Horizon – soi-disant pour protéger les colons qui dépendaient d’elles tandis qu’ils prenaient possession de leurs nouveaux mondes. Une part substantielle des avoirs de Gold Horizon furent gelés et sa stratégie à long terme perdit toute viabilité. Deux PDG qui se succédèrent rapidement tentèrent de redresser la barre en se recentrant sur la prospection minière, puis sur la logistique générale d’industrie lourde, mais plus rien ne pouvait empêcher l’inévitable. Gold Horizon mit définitivement la clef sous la porte en 2655.

Gold Horizon de nos jours

Vu sous un certain angle, l’héritage de Gold Horizon se résume au simple fait qu’en 2944 des milliers de milliards d’êtres humains peuplent des mondes qui étaient encore inhabitables quelques siècles auparavant. Même si l’humanité était destinée à s’étendre à travers les étoiles quoi qu’il arrive, l’ossature logistique fournie par Gold Horizon est ce qui a en partie permis de rapprocher davantage les mondes humains les uns des autres qu’il n’aurait été possible autrement. Il n’est pas déraisonnable d’en conclure que la puissance géographique actuelle de l’Empire vient en partie de ce qui a été rendu possible par cette société. Le logo caractéristique de Gold Horizon, un « g » dans une cloche, demeure néanmoins un symbole controversé dans la société actuelle. Puisqu’il est depuis longtemps tombé dans le domaine public, on le voit réapparaître de temps en temps comme accessoire de mode avant-gardiste (dans les zones les plus conservatrices de la vieille Terre, les sacs à main et sacoches estampillés « Gold Horizon » sont toujours de très bonne ventes).

Si l’on met de côté l’aspect historique, Gold Horizon continue aussi à marquer notre époque de son empreinte grâce au côté généralement indestructible de ses stations. Des dizaines de stations Gold Horizon rescapées sont disséminées aux quatre coins de l’Empire, le plus souvent dans des zones de l’espace où la terraformation fut interrompue après avoir été jugée non rentable à mi-chemin du processus. Ces stations sont devenues des nids d’activités illégales. Parfois habitées par des solitaires, des survivalistes, des corsaires et pire encore, les stations Gold Horizon qui ont survécu peuvent aussi bien représenter des aubaines pour le marché noir que des champs de bataille meurtriers que se disputent en permanence des troupes de choc pirates.

En 2943, le Sénat de l’Empire Uni de la Terre ordonna une enquête secrète des bases Gold Horizon et décida au bout du compte qu’il serait impossible de reloger les civils vivant à leur bord. L’avis formel fut qu’il fallait demander à l’armée de se lancer dans une campagne de destruction depuis l’espace des bases restantes, mais ces plans furent finalement laissés de côté en raison de problèmes légaux et de la menace Vanduul grandissante.

Référence

  1. Portfolio : Gold Horizon sur RSI
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .