FANDOM


Aux confins éloignés de l’UEE se tient le système Chronos[1][2]. Sur RSI.com.</ref>. Depuis sa découverte en 2863, ce système a été noyé dans le secret gouvernemental et la controverse politique. La documentation gouvernementale officielle indique que la 18ème flotte de combat, stationnée alors dans le système Kellog, est la première à avoir fait le voyage jusqu’à Chronos, après avoir découvert le point de saut lors d’une patrouille de routine.

Cependant, il faut aussi tenir compte d’une récente affaire judiciaire, toujours en cours : Contraly contre l’UEE, pour laquelle une plainte a été déposée. Dans celle-ci, il est dit que c’est le grand père de Contraly qui a découvert le système et qui l’a rapporté à la 18ème flotte de combat. On précise également que la prime de découverte lui fut refusée à cause d’une affaire en cours concernant du braconnage sur Orms et Xis. Les historiens experts des deux camps ont dit ce qu’ils avaient à dire, et c’est à présent à la Cour de Justice de se prononcer.

Quoi qu'il en soit, à l’époque de sa découverte, le système était composé d’une étoile de type G, de deux planètes inhabitables regroupées près du soleil et rien de plus. Du fait de son emplacement isolé et de son manque de ressources ou de lieux habitables, peu de gens pensaient que l’UEE puisse trouver un quelconque intérêt au système. Les observateurs ont donc été fortement étonnés de voir l’UEE s’empresser de revendiquer Chronos comme système réglementé, réservé à l'usage unique du gouvernement. Quand les vaisseaux militaires ont commencé à entrer fréquemment dans un système soi-disant vide, les plus curieux se sont questionnés sur ce qu’il s'y passait vraiment.

Pendant des années, des théories ont fait rage, des plus idiotes (un engin apocalyptique) aux plus imaginatives (une station spatiale invisible). Une spécialiste théoricienne du complot aurait même soi-disant été jusqu’à embarquer à bord d’un vaisseau militaire qui a fait le saut dans le système. Quand elle déclara plus tard qu’il n’y avait rien de caché là-bas, son incapacité à découvrir quoi que ce soit scandalisa et rendit furieux ses camarades. Cela ne fit que rajouter de l’huile sur le feu en matière de spéculation. Il se disait que la seule raison pour laquelle elle n’avait absolument rien trouvé, était qu’il y avait quelque chose à cacher et que le gouvernement avait encore muselé la vérité. Ceux qui croyaient qu’on essayait d’étouffer l’affaire étaient encore plus convaincus que l’UEE avait une raison de vouloir Chronos pour elle seule[3].

Ce ne fut qu’en 2872 que l’Imperator Corbyn Salehi intervint pour annoncer officiellement ce sur quoi le gouvernement était en train de travailler. Chronos allait devenir le foyer du projet Archange, appelé communément “Synthémonde” : un énorme projet de l’UEE destiné à tenter de créer une planète. Après des siècles de transformation des planètes avec la technologie de terraformation, l’humanité avait, à présent, l’intention d’en créer une de toutes pièces : le Projet Archange.

Aujourd’hui, il n’y a plus qu’un trafic minimum dans Chronos. Les transporteurs continuent de décharger leurs marchandises à la station Archange, et certains autres ne font que traverser le système en suivant la voie commerciale les menant au système Branaugh. À part cela, il n’existe que peu d’autres raisons de se trouver dans le système Chronos.

Structure du système

Étoile(s) Chronos
Planète(s) BruderSchwesterStation ArchangeSynthémonde
Lune(s)
Station(s) spatiale(s)
Astéroïde(s)
Point(s) de saut
Zone(s) d’atterrissages
Chronos1 Chronos2 Chronos3 Station
Bruder Schwester Synthémonde Station Archange

Références

  1. Description du système Chronos sur RSI
  2. Brève "Le rocher de Sisyphe" sur RSI (sur le wiki en français : ici)
  3. Guide galactique du système Chronos traduit par la TradTeam
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .