FANDOM


Apocalyps Arms[1] est une jeune compagnie produisant des armes fondée en 2913 par Dalton Colabello.

Histoire

La caisse

Dalton Colabello n’aurait jamais pu prévoir à quel point sa vie allait changer à cause d’une caisse peu prometteuse. L’argent en trop d’un magnat de la construction et la passion de Colabello à collectionner les armes anciennes l’amena à acheter une étrange caisse à une vente aux enchères d’un surplus militaire à Cestulus. À l’intérieur, Colabello trouva des pièces prototypes d’armes embarquées qui ne ressemblaient en rien à ce qu’il avait déjà vu. Le contenu de la caisse fascinait Colabello et il entama un voyage qui allait d’achever avec la création d’Apocalype Arms. Après la vente aux enchères, Colabello rentra chez lui et essaya sans succès d’assembler les armes. Bien qu’il n’arrivait pas faire fonctionner les prototypes, il était captivé par leur design unique et leur puissance potentielle. Découvrir leur créateur devint rapidement une obsession pour Colabello. Les communications avec l’entrepôt militaire ne débouchèrent que sur un seul indice: la caisse était stockée depuis 2792. L’année ou le régime de Messer avait fini par tomber. Motivé par la possibilité que ces armes soient une partie manquante de l’histoire, Colabello engagea des détectives privés pour remonter la piste de la signature numérique et montra les armes à de nombreux experts, espérant que l’un d’entre eux pourrait amener des réponses. Finalement, un érudit de la période Messer de l’université Reis Carey trouva des données archivées d’entrée/sortie de l’entrepôt Davien, où Colabello avait acheté la caisse. Croiser ces données avec le journal complet fut un succès : la caisse avait été envoyée à partir d’une adresse à Newcastle, sur Magnus.

L’insaisissable ingénieur

Pour la plus grande déception de Colabello, un magasin Casaba occupait désormais l’adresse à Newcastle. Doutant que le respectable vendeur de prêt-à-porter ait entrepris une audacieuse et brève collection d’armes, Colabello rechercha le propriétaire du site en 2792. Les enregistrements indiquèrent que Genly Engineering Solutions louait les locaux lorsque la caisse avait été expédiée à Cestulus. Et pourtant les réponses étaient toujours hors d’atteinte. En-dehors de sa présence sur le bail, Genly ne semblait n’avoir jamais existé.Les années passèrent sans qu’aucune autre information ne soit découverte. Les demandes auprès du gouvernement n’apportèrent rien. L’absence de progrès plongea Colabello dans une profonde dépression et il envisagea même de revendre les armes. Cependant sa curiosité n’était toujours pas satisfaite. Espérant que la méthode frontale porterait ses fruits, il se rendit à l’Arche pour consulter manuellement le recensement de 2792 de Magnus, ce qui le mena, après des mois à parcourir des listes de noms, à découvrir celui de Genly Maupin. Colabello fût déçu d’apprendre que Genly n’avait que six ans en 2792, mais, comme c’était sa meilleure piste depuis des années, il continua à l’explorer et découvrit que la mère de Genly était Juliet Maupin, un ancien ingénieur d’Aegis Dynamics.

Des mois après, Colabello trouva l’arrière-petite-fille de Juliet Maupin, qui habitait sur Lo et lui paya le voyage. Il lui montra les prototypes et demanda s’il s’agissait de créations de son arrière grand-mère. Elle lui expliqua que sa mère racontait des histoires sur les récompenses qu’avaient obtenues son arrière-grand-mère pour ses travaux de conception de scanners mais rien à propos d’armes. Toutefois, elle autorisa volontiers Colabello à examiner les vielles notes de Juliet. Parmi celles-ci, dans un dossier sans nom, il trouva ce qu’il cherchait depuis longtemps : les plans originaux des prototypes et le journal décrivant leur création.

Le génie inconnu

Avant de concevoir les armes qui allaient aboutir à Apocalypse Arms, Juliet Maupin travaillait comme ingénieur en chef pour le titan des industries de Cestulus, Aegis Dynamics. Elle supervisait la version de 2783 des Retaliator, les toujours convoités “Bomber boys”. Suite à cette réussite, Maupin fut présentée à Sylvain Evans, un haut gradé des forces armées de l’UEE. Evans recruta Maupin pour un projet secret visant à produire une nouvelle gamme puissante et avancée de systèmes de combat pour le gouvernement Messer. Maupin sauta sur l’occasion de concevoir des armes avec la liberté que seul un financement gouvernemental pouvait offrir.

En 2790, Linton Messer XI sentit son empire s’écrouler. Sur le plan extérieur, la guerre froide avec les Xi’An et l’émergence de la menace Vanduul requéraient constamment des ressources alors qu’à l’intérieur, la mort d’Anthony Tanaka avait commencé à transformer les contestataires du régime, jusqu’alors simples activistes, en révolutionnaires engagés. Messer XI savait que son temps était compté à moins qu’il ne créât un avantage stratégique, à savoir des armes meilleures et plus grosses.

Evans fournit à Maupin un laboratoire équipé du dernier cri de la technologie ainsi qu’une équipe compétente dans un bâtiment non référencé de Newcastle. Afin de garder le travail secret, le projet reçut le nom de code “Genly Engineering Solutions” en l’honneur du jeune fils de Maupin. À partir de ses travaux chez Aegis, Maupin développa des prototypes de canons balistiques à tubes rotatifs ainsi qu’un canon magnétique, des armes qui finirent par arriver dans la caisse de Colabello.

En 2792, les militaires récupérèrent les prototypes avec l’intention de les transporter jusqu’au système Kilian pour y mener des essais. Pendant le voyage, les films du massacre de Garron 2 se répandirent dans le public et l’intégralité des forces armées de l’UEE fut mobilisée pour réprimer la rébellion. La caisse contenant les armes fut déchargée à l’entrepôt Cestulus et oubliée jusqu’à ce que Colabello l’achète, plus d’un siècle après.

Après l’effondrement du régime de Messer, Juliet Maupin eut peur que ses liens avec le gouvernement corrompu soient mis à jour. Elle abandonna la conception des armes et s’enfuit avec sa famille dans le système Corel. Finalement, Maupin alla travailler dans une firme d’ingénierie de Lo, sur un projet de scanners avancés pour la détection de produits de contrebande le long de la frontière UEE-Banu. Beaucoup de scanners  utilisés aujourd’hui sont basés sur ses plans. Maupin mourut en 2862, ignorante que sa plus grande contribution au monde était encore à venir.

Apocalypse Arms

Après avoir éclairci le mystère, Dalton Colabello comprit ce qu’il avait à faire. Il acheta les documents originaux à l’arrière-petite-fille de Maupin, vendit son entreprise de construction et investit tout son argent dans la création d’Apocalypse Arms, un nom inspiré par une ligne du journal de Maupin, décrivant son désir de “construire des armes qui pourraient venir à bout de toutes les situations…y compris l’apocalypse”.

Avec les plans complets à sa disposition, Dalton Colabello fut finalement capable de faire fonctionner les prototypes et la première production des fabriques Apocalyspe Arms fut mise sur le marché en 2913. Bien qu’adapté pour tirer avantage des technologies modernes, la plupart de ce qu’avait conçu Maupin un siècle plus tôt resta inchangé,notamment le style unique des armes et leurs performances exceptionnelles. Avec audace, la campagne inaugurale d’Apocalypse Arms annonça que les armes avaient été conçues pour Messer. Beaucoup ont trouvé cette stratégie déplacée, mais les ventes prouvèrent son efficacité. Colabello alla sur toutes les émissions du Spectrum, qu’elles soient programmées par des alliés ou des adversaires, pour parler de l’histoire des armes, et comment ces armes puissantes et innovantes avaient failli être utilisées par un despote. Selon lui, Apocalypse Arms était une réussite humaine.  

Aujourd’hui, le spectre des Messer plane toujours au-dessus d’Apocalypse Arms et dessert leur produits. Beaucoup associent automatiquement la marque à son utilisation massive dans les zones de conflits chaotiques comme Nexus IV et Charon III. Malgré cela, la qualité et l’efficacité des armes ne peuvent être contestées et, au fil des années, la marque se constitua une base de fans loyaux. En utilisant les inspirations et les concepts innovants de Maupin, Colabello engagea de nouveaux ingénieurs pour continuer à étendre le catalogue de AA. Tout cela fait d’Apocalypse Arms l’un des fabricants les plus intéressant et mortels de l’Empire.

Produits

Types Produits
Canons StrifeRevenant
Armement Canon électrique Scourge

Références

  1. PortFolio : Apocalypse Arms sur RSI (Traduction sur SC.fr)
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .